Retour sur la résidence d'écriture à l'Institut Français de Kinshasa

- mars 2020 -

Sept réalités sur le coltan qui pose des questions d'un tel merdier que tu aimerais les voir ailleurs que dans ta tête. C'est le titre de la dernière pièce écrite là-bas, elle pose la complexité du choix de l'utilisation des smartphones et du numérique en général dans nos sociétés. Quels enjeux, quelles conséquences pour celles et ceux qui travaillent dans - et autour - des mines de Coltan au Congo. Un pamphlet contre nos sociétés qui fabriquent cet esclavage moderne.

Parmi les raisons de s'indigner : un reportage dont une des personnes m'a inspiré une des scènes : La malédiction des mines de coltan

 

L'écriture de cette pièce s'est faite en parallèle d'ateliers d'écriture sur le monologue théâtral avec des comédiennes, comédien, conteur et slameurs congolais. Le thème était la circulation à Kinshasa ; les 9 monologues, d'une grande qualité, sont en lecture libre ici : Kinshasa, le rire tragique des grands boulevards. Ces ateliers ont noué aussi de belles amitiés...

Merci à Nzey Van Musala, Soraya Odia, Doudou Nzio, Princesse Watuwila, Jovitha Songwa, Shékina d'Afrique, Hortense Mapera et Jazz !

Merci à Étienne Russias et Samuel Pasquier

© 2016 par Bulles de Zinc. Créé avec Wix.com
 

SIRET : 492 182 266 00030 - APE : 9001Z - LICENCE 2-1064 434