top of page

Pas de vidéos de spectacles. Pourquoi ?

Ni réseaux sociaux...

Depuis pas mal d'années maintenant...

J'ai choisi de faire du spectacle vivant parce qu'il est vivant.

De plus en plus, il faut des teasers, des extraits pour présenter son travail, je préfère la rencontre... je préfère attendre que vous ayez envie de venir voir un spectacle.

Je ne suis pas dans l'air du temps, dans les outils du moment, c'est vrai. Essayer de faire autrement c'est un chemin que je tente.

Vous programmez et vous avez besoin de voir le spectacle : pas de vidéo donc mais vous réunissez 2-3 collègues (ou plus) et je viens jouer pour vous (aux frais de Bulles de Zinc).

Certaines personnes ont pris ce "risque" (?), c'est tellement plus agréable qu'une vidéo.

Ni smartphone.

Je ne voulais pas de cet outil quand il est sorti, j'avais l’intuition d'une dépendance.  J'aime aussi cette idée que ralentir le temps n'est pas une si mauvaise idée que ça dans nos société où tout va trop vite, où il faut être disponible et connecté.

J'ai été tenté d'en acheter un au moment même où j'allais à Kinshasa pour écrire Requiem pour un smartphone, mes recherches m'ont montré que j'allais entrer dans un profond paradoxe...

Je me suis dit que j'allais continuer à fonctionner sans. Pas toujours facile ! Ni bien accepté...

Mais j'ai toujours mon vieux téléphone !

bottom of page